Si cette page ne s'affiche pas correctement, cliquez sur le lien ci-dessous ou faites un copier-coller du lien ci-dessous dans votre navigateur.

http://www.sies.fr/diff_nat/2019-2020/diff_nat_2019-2020_2.htm

 

Le SIES, LE syndicat indépendant !

Site internet du S.I.E.S.

syndicat national

http://www.sies.fr

Au sommaire de ce message :

- Editorial : Déterminés à défendre la Fonction Publique, nos retraites et celles de nos enfants !

- La mise en place de la démocrature que le SIES dénonce régulièrement depuis deux ans dans ses publications s’accélère avec l’application de la scélérate Loi Dussopt, dite de « transformation de la fonction publique » qui supprime le paritarisme.

- Mutations : la transparence des opérations et le droit des candidats à un traitement équitable sont, à compter de cette année, totalement remis en cause.

- Rapport « Mission Territoires et Réussite » : En marche vers la territorialisation de l’éducation nationale et de l’éducation prioritaire.

- L’effet négatif du « transfert primes / points » sur le montant de la GIPA : un énième avatar de l’arnaque que constitue le protocole PPCR.

- Nous voulons être, et rester, des professeurs, et non devenir des animateurs socio-culturels !

- Cotisation / Adhésion

 

Déterminés à défendre la Fonction Publique, nos retraites et celles de nos enfants !

Après la mobilisation historique du 5 décembre, la grève a été une nouvelle fois majoritaire le 10 décembre, avec une participation très importante aux manifestations interprofessionnelles.

Le SIES a attentivement écouté le discours du Premier ministre prononcé mercredi 11 décembre devant le Conseil économique, social et environnemental. Les annonces sont inacceptables, le premier ministre maintient le projet de retraite par points qui instaure également la retraite à 64 ans. Le gouvernement entend organiser la paupérisation afin d’inciter les salariés et les fonctionnaires à travailler plus longtemps.

Les misérables augmentations promises, sous conditions, aux professeurs et aux CPE constituent une inadmissible duperie, à l’instar de la prime « mutation » qui serait versée aux professeurs qui accepteraient de changer régulièrement d’établissement. Devoir muter pour toucher des points de retraite, après avoir attendu de nombreuses années avant d’obtenir l’établissement souhaité, ça vous tente ?

Pour compenser le préjudice causé par la retraite par points par rapport au calcul actuel, effectué sur la base de l’indice détenu durant les six derniers mois de la carrière, il faudrait rémunérer les professeurs à la hors classe, dès leur entrée dans le métier. Des milliers d’euros devraient être versés mensuellement à ceux qui sont actuellement en milieu de carrière, afin d’éviter la diminution du montant de leur future pension. Cela représenterait 10 milliards, somme que le Président de la République annonçait, lors de son discours à Rodez le 3 octobre 2019, ne pas vouloir attribuer.

Après avoir tenté d’opposer les français les uns aux autres en fonction de leur métier et de leur régime de retraite, la tactique du gouvernement consiste désormais à diviser les salariés et les fonctionnaires au sein de chaque profession en fonction de leur date de naissance (né avant ou après 1975) tout en « jouant la montre », en misant sur le pourrissement de la situation et sur un éventuel épuisement des forces.

Pouvons-nous nous résigner à ce que nos enfants et petits enfants subissent un système dont nous refusons qu'il s'applique à nous-mêmes ? Si la retraite par points devait s'appliquer en étant assortie de la « clause du grand père », qui peut raisonnablement croire que ce gouvernement (ou un autre) ne reviendra pas à la charge dans quelques années, pour changer une nouvelle fois les règles et imposer la retraite universelle par points à ceux qui avaient initialement été épargnés ? Ces derniers seront alors beaucoup moins nombreux pour pouvoir se défendre efficacement.

Tout en s’appuyant sur la collaboration des syndicats réformistes, le gouvernement entend poursuivre un bras de fer avec les professeurs, l'ensemble des fonctionnaires et des salariés du privé et les syndicats qui défendent réellement les intérêts matériels et moraux de leurs mandants, pour tenter d'imposer sa réforme délétère.

Prétendant vouloir maintenir la retraite par répartition, le Président de la République et son gouvernement préparent le terrain pour la mise en place d’une retraite par capitalisation. Régulièrement révélées au grand jour, leurs accointances avec les assureurs et les multinationales proposant des fonds de pension traduisent clairement le projet de société qu’ils veulent imposer.

Le SIES rejette en bloc la retraite par points et réaffirme son attachement indéfectible au mode de calcul de la pension civile à partir de l’indice détenu durant les six derniers mois de la carrière. Le SIES revendique une augmentation substantielle de la valeur du point d’indice et une revalorisation significative des différentes grilles indiciaires sans aucune contrepartie.

Comme il l’a fait dès le 5 décembre, le SIES appelle à la reconduction de la grève. Le SIES appelle également, avec l’intersyndicale nationale, à faire de la journée du mardi 17 décembre une nouvelle journée interprofessionnelle massive de grève et de manifestations. Nous poursuivrons jusqu’au retrait !

 

La mise en place de la démocrature que le SIES dénonce régulièrement depuis deux ans dans ses publications s’accélère avec l’application de la scélérate Loi Dussopt, dite de « transformation de la fonction publique » qui, en supprimant le paritarisme, retire aux fonctionnaires toutes leurs protections statutaires et donne à l’administration un pouvoir proche de celui qu’elle détenait avant 1945. Les petits chefs se frottent les mains !

Dans ce contexte sinistre, la diminution du nombre d’inscrits aux concours se poursuit cette année encore, cela se traduit par une dramatique diminution du niveau de recrutement. La réforme de la formation des enseignants parachèvera la catastrophe. En effet, le ministère prévoit de majorer de façon totalement disproportionnée le poids de l’oral (70 %) dans le nouveau concours, avec une épreuve « d’entretien sur la motivation du candidat et sa connaissance de l’environnement et des enjeux du service public de l’éducation ». La seule épreuve disciplinaire sera une épreuve écrite comptant pour 15 % seulement avec une note éliminatoire placée à 5/20, mais pouvant être ajustée en fonction des disciplines. L’autre épreuve écrite sera didactique, le candidat devant élaborer une séquence pédagogique en s’aidant de ressources trouvées sur internet. Le SIES considère que l’autorité d’un professeur repose essentiellement sur la maîtrise de la discipline qu’il enseigne. Le ministre Blanquer prétendait le combattre, il consacre le pédagogisme.

http://www.sies.fr/courriers_publications/communiques/editorial_decembre_2019.htm


Dans une dictature, les syndicats sont interdits en dehors du syndicat unique.

Dans une démocrature, on n’interdit pas les syndicats, mais on supprime l’instance dans laquelle ils siègent, ou bien on retire toutes ses compétences à cette instance.

En s'attaquant aux Commissions Administratives Paritaires qui sont la pierre angulaire de la défense individuelle et collective des agents et qui garantissent la transparence des opérations, le gouvernement prive les fonctionnaires de toute protection statutaire, collective et syndicale afin de les livrer aux griffes de managers locaux.

C’est une guerre éclair qui nous est déclarée !

Le SIES appelle l’ensemble des personnels à prendre conscience de la gravité de la situation et à se mobiliser contre la Loi Dussopt qui est en lien avec la réforme des retraites et les projets de "redéfinition du métier".

http://www.sies.fr/courriers_publications/communiques/loi_dussopt.htm


Mutations : la transparence des opérations et le droit des candidats à un traitement équitable sont, à compter de cette année, totalement remis en cause.

http://www.sies.fr/courriers_publications/communiques/mutations_loi_dussopt.htm


Rapport « Mission Territoires et Réussite » : En marche vers la territorialisation de l’éducation nationale et de l’éducation prioritaire.

http://www.sies.fr/courriers_publications/communiques/rapport_mathiot_mission_territoires_et_reussite.htm


L’effet négatif du « transfert primes / points » sur le montant de la GIPA (Garantie Individuelle du Pouvoir d'Achat) : un énième avatar de l’arnaque que constitue le protocole PPCR.

http://www.sies.fr/courriers_publications/communiques/GIPA_2019_tranfert_primes_points_PPCR.htm


Notre site internet et toutes les informations et publications qu'il contient sont rendus possibles par le travail bénévole des responsables du SIES et par le paiement régulier de leur cotisation syndicale par les adhérents du SIES. Le syndicat n’emploie pas de secrétaire, l’ensemble du travail syndical est réalisé par des professeurs qui communiquent leur numéro de téléphone personnel aux adhérents. Le SIES est financièrement indépendant. Cela garantit sa pleine indépendance de pensée et d’action. Le SIES ne reçoit pas de subventions et refuse les ressources publicitaires, contrairement à d’autres syndicats confédérés grassement subventionnés avec de l’argent public à tel point qu’ils pourraient fonctionner sans adhérents.


Pour adhérer au syndicat indépendant, cliquez ICI

http://www.sies.fr/adhesion.htm


Nous voulons être, et rester, des professeurs,

et non devenir des animateurs socio-culturels !

 

Défense de l'école Républicaine.

Pas d’émancipation sans instruction !

Le SIES, le syndicat qui défend la transmission des savoirs, des savoir-faire et l’autorité des professeurs.

Le SIES, le syndicat qui défend votre liberté pédagogique et la reconnaissance de vos compétences disciplinaires.

Le SIES, le syndicat qui refuse que les professeurs deviennent des animateurs socio-culturels.

 

Indépendance idéologique

Le SIES regroupe des adhérent(e)s aux idées politiques différentes, mais qui partagent les mêmes revendications professionnelles et syndicales.

L’indépendance idéologique inscrite dans les statuts et le règlement intérieur du SIES implique que ses dirigeants ne doivent exercer aucune responsabilité que ce soit dans un parti politique ou une association assimilée.

Le SIES traite exclusivement de sujets en lien avec l’Ecole et la corporation.

Sans compromission et quelle que soit la couleur politique du gouvernement, le SIES combat les réformes qu’il juge contraires aux intérêts de l’école républicaine et aux intérêts matériels et moraux des professeurs.

Ne pas adapter ses revendications, ni adoucir ses propos, selon que la gauche ou la droite soit au pouvoir, ne pas trahir ses mandats historiques et les convictions de ses adhérents et sympathisants, c’est cela la véritable indépendance syndicale !

 

Indépendance financière

Le SIES ne bénéficie d’aucune subvention publique ou privée. Le SIES refuse les ressources publicitaires et ne cherche pas à vous vendre un « pack » banque / assurance / mutuelle / syndicat.

Le fonctionnement du SIES repose exclusivement sur les cotisations des adhérent(e)s.

L’ensemble du travail syndical est réalisé bénévolement par des professeurs qui communiquent leur numéro de téléphone personnel aux adhérent(e)s.

Le SIES ne dépend de personne et n’a de compte à rendre qu’à ses adhérent(e)s.

 

Site internet du SIES : http://www.sies.fr

 

 

Adhérez au SIES

Soutenez notre action. Soutenez le syndicalisme indépendant

Au SIES, la cotisation court sur 365 jours consécutifs. Vous pouvez donc adhérer à n'importe quel moment de l'année.