Le SIES, LE syndicat indépendant !

 

 

Pour une véritable revalorisation

morale, sociale et matérielle

 

Les gouvernements successifs ont organisé la dévalorisation morale, sociale et matérielle des professeurs et des CPE.

L’absence de revalorisation significative des grilles indiciaires et de la valeur du point d’indice combinée à l’augmentation annuelle de la retenue pour pension civile, des divers prélèvements et du coût de la vie a conduit à leur déclassement social.

Le protocole « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations » (PPCR), que le SIES n’a cessé de dénoncer et de combattre, constitue une pseudo - revalorisation qui ne répond en rien aux attentes de la profession et ne compense pas la perte de pouvoir d’achat subie par les personnels. En effet, si les mesures du protocole PPCR vont à leur terme, en 2020, un professeur ou un CPE au 9ème échelon de la classe normale ne gagnera que 1,08 euros / mois de plus qu’un professeur ou un CPE au même échelon en 2010. En 2020, un agrégé au 9ème échelon de la classe normale perdra 15,77 euros / mois par rapport à un agrégé au même échelon en 2010. Voir notre analyse en cliquant ici

 

Depuis l’entrée en vigueur le 1er septembre 2017 du nouveau rythme d’avancement d’échelon et des nouvelles grilles indiciaires, chacun peut désormais se forger une opinion sur le protocole « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations » (PPCR) à l’aune de sa propre situation administrative et du traitement net perçu en fin de mois.

Si, pour une minorité de professeurs et de CPE, le reclassement effectué au 1er septembre 2017 a pu être favorable en leur permettant d’avancer d’un échelon quelques mois plus tôt que prévu, le nouveau rythme d’avancement d’échelon est globalement défavorable à l’ensemble des professeurs et des CPE puisque la durée nécessaire pour parcourir le grade de la « classe normale » augmente. La « classe normale » sera désormais parcourue en 26 ans au rythme unique de l’ancienneté (contre 20 ans au grand choix auparavant). Ainsi, de très nombreux professeurs et CPE voient les dates de leurs futurs changements d’échelon repoussées d’un an et la perspective de leur promotion à la « hors classe » s’éloigner d’autant, puisque le rythme unique les prive de leurs perspectives d’avancement au grand choix. Pour les autres, le gain est dérisoire.

Certes, le 1er janvier 2020, avec la recréation du 7ème échelon, l’indice majoré du sommet de la « hors classe » passera à 821 points contre 793 actuellement pour les professeurs certifiés, d’EPS, les PLP et les CPE. Mais le sommet de la « hors classe » sera pour beaucoup inaccessible puisqu’il faudra 34 à 36 ans pour l’atteindre. Dans le meilleur des cas, il sera atteint au moment de partir à la retraite.

L’indice majoré sommital de la « hors classe » des professeurs agrégés, oubliés de cette pseudo-revalorisation PPCR, n’est pas augmenté.

 

La « classe exceptionnelle », nouveau grade créé à compter du 1er septembre 2017, ne concernera à l’issue d’une montée en charge étalée sur 7 ans, que 10 % de l’effectif de chaque corps.

Pour les professeurs agrégés, la promotion à la « classe exceptionnelle » ne présentera un réel intérêt financier qu’à la condition d’atteindre le 3ème échelon (Hors échelle B).

Pour les professeurs certifiés, d’EPS, les PLP et les CPE, la promotion à la « classe exceptionnelle » ne présentera un réel intérêt financier qu’à la condition d’atteindre l’échelon spécial (Hors échelle A). Or, cet échelon spécial sera contingenté à 20 % de l’effectif de la « classe exceptionnelle » de chacun de ces corps. Et il faudra avoir au moins 3 ans d’ancienneté dans le 4ème échelon de la « classe exceptionnelle » pour espérer faire partie des promus à l’échelon spécial.

Les professeurs de chaires supérieures, autres grands oubliés de la pseudo-revalorisation PPCR, sont également injustement privés d’une « classe exceptionnelle » spécifique à leur corps et devront réintégrer le corps des agrégés s’ils souhaitent accéder à la « classe exceptionnelle ».

Enfin, depuis le 1er septembre 2017, il n’est malheureusement plus possible d’accéder à la grille de rémunération des professeurs bi-admissibles à l’agrégation, scandaleusement supprimée. La prime de 500 euros versée aux professeurs acceptant de faire 3 HSA est supprimée depuis la rentrée 2016.

 

Le Ministre de l’Education nationale semble vouloir libérer l’Ecole Républicaine de l’emprise des pédagogistes qui œuvrent depuis trop longtemps à sa destruction. Cela permettrait aux professeurs de ne plus subir les injonctions délirantes des spécialistes autoproclamés en « sciences de l’éducation » et de transmettre plus sereinement des savoirs et des savoir-faire afin que les élèves reçoivent une instruction de meilleure qualité.

Le SIES se félicite des intentions du Ministre et attend leur traduction en actes.

Le SIES attend également que les professeurs et CPE obtiennent la revalorisation sociale qui leur est due.

 

Mais, trop content que le « sale boulot » ait été déjà fait par le précédent gouvernement et par les syndicats qui ont négocié et approuvé le protocole PPCR en signant un chèque en blanc, l’actuel gouvernement maintient les scandaleuses mesures du protocole PPCR : suppression de l’avancement au grand choix et au choix, suppression de la bi-admissibilité, suppression d’une prime de 500 euros, suppression de la notation administrative et pédagogique, remplacée par le « rendez-vous de carrière » qui reprend les principes de « l’entretien professionnel » du ministre Chatel.

En outre, le gouvernement entend geler les seules mesures positives du protocole PPCR qui répondaient aux revendications du SIES : les promotions à la classe exceptionnelle qui vient d’être créée et les promotions au nouveau 7ème échelon de la hors classe des professeurs certifiés, d’EPS, des PLP et des CPE.

 

Les mesures du gouvernement et du président de la République sont inadmissibles :

- gel de la valeur du point d’indice

- augmentation, sans compensation, de la Contribution Sociale Généralisée qui diminuera le pouvoir d’achat des fonctionnaires en activité et des retraités touchant une pension supérieure à 1200 euros et considérés comme « riches » par le président de la République ;

- poursuite de l’augmentation annuelle de la retenue pour pension civile qui atteindra 11,10 % en 2020 ;

- gel des revalorisations, certes indigentes, des grilles indiciaires prévues entre 2018 et 2020 dans le cadre du protocole PPCR ;

- gel des promotions à la classe exceptionnelle ;

Enfin, le rétablissement de la journée de carence à compter du 1er janvier 2018 en cas d’arrêt de travail pour congé maladie pénalisera financièrement les fonctionnaires déjà fragilisés par la maladie, principalement celles et ceux en fin de carrière ou exerçant dans les conditions les plus difficiles.

 

Le SIES participera à toutes les actions qu’il jugera pertinentes pour revendiquer une véritable revalorisation de la valeur du point d’indice et des grilles indiciaires des différents corps et exprimer le rejet des injustes mesures d’austérité du gouvernement. 


Dossier protocole PPCR : Accédez à toutes les informations en cliquant ICI.

Tous reclassés au 01/09/2017.

Nouveau rythme d'avancement d'échelon.

Comprendre son arrêté de reclassement.

Nouvelles grilles indiciaires.

Nouveau grade (promotion à la CLASSE EXCEPTIONNELLE).

Nouvelle évaluation ("RENDEZ-VOUS DE CARRIERE").

CAPA et CAPN d'avancement d'échelon.

Accès à la hors classe.

Accédez à toutes les informations en cliquant ICI.


Adhérez au SIES

Soutenez notre action. Soutenez le syndicalisme indépendant

Au SIES, la cotisation court sur 365 jours consécutifs.

Vous pouvez donc adhérer à n'importe quel moment de l'année.

 

 

Retour page d'accueil